Pourquoi souffrons nous de l’Autre ? Qu’attendons nous donc tant de lui ?

18 octobre 2009

Developpement personnel

Pour qu’il nous déçoive tant? Pour que nous souffrions tant de ne pas avoir la « réponse » voulue à notre attente.
Au delà de nous, de nos souffrances, pour avancer en nous et sur nos chemins, il nous faut, par dessus tout, répondre à cette question.
Trop souvent, nous attendons, exigeons sans nous en rendre compte, que l’Autre réponde à l’image, le but, le souhait qui est le notre.
Nous lui demandons de nous conformer à ce que nous voudrions qu’il soit.
A plus forte raison quand nous ressentons, à travers nos vies, qu’il nous est si proche.
Mais, pourtant, quel droit lui reconnaissons nous la dedans?
Quel droit à son chemin, sa souffrance, sa différence, son libre arbitre (donc son droit à l’erreur),..?
En parvenant à mettre des mots, à comprendre ce que nous projetons au delà du sentiment, aussi fort soit il, nous pouvons nous libérer de la souffrance qu’induit cette attente non satisfaite.
Nous sommes exigents de l’Autre, même si nous ne nous pensons pas exigent envers l’Autre.
Jusqu’à ce qu’il rejoigne notre route pour qu’elle devienne une route commune, et même après, avons nous le droit d’exiger au fond de nous, en attendant si fort, qu’il soit tel que nous le voulons, voudrions?

Creusons en nous, libérons nous des souffrances provoquées par ces attentes d’Amour pas satisfaites il y a parfois si loin en arrière dans notre incarnation présente, parvenons à cesser d’attendre, vivons, sur notre route, le temps nécessaire sans nous poser la question de la durée, et un jour, au détour d’un chemin, celui qui doit être compagnon (ou compagne) de route, retrouvera la notre.
L’Harmonie entre deux êtres c’est l’Harmonie de la Lumière, elle ne demande, n’exige, n’attend, rien. Elle se construit dans Ce Qui Est et non dans l’esprit humain, dans le coeur humain, pollué par l’esprit.
Etre dans le Tout, Etre dans le Un et voir le Particulier, l’Autre étincelle devenir ou redevenir Un avec la notre, parce que nous avons laissé le courant filer, le long des routes qu’il se doit d’emprunter et qui ne peuvent que nous échapper, parce que le Un est si vaste que nous ne pouvons le voir en son entier, noyé que nous sommes en son sein.
Amitié et Lumière!
Mao

_________________

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

Une réponse à “Pourquoi souffrons nous de l’Autre ? Qu’attendons nous donc tant de lui ?”

  1. Nilmade Dit :

    On voit si souvent dans l’Autre plutot le potentiel que la réalité… et pour peu que quelque chose de fort ait été conduit depuis une ou plusieurs autres vies, on voit en plus la lueur de ce qui fut (et qui fut peut-etre merveilleux et fort)
    Pour l’avoir vécu et pour en avoir souffert, effectivement il y a exigence, « je t’ai retrouvé, maintenant nous sommes l’un a l’autre ». Ce qui est pour moi une évidence ne l’est peut-etre pas pour lui. Peut-etre confond-il ce tiraillement venu d’avant avec autre chose.
    Et on se blesse a la réalité de la résistance de l’Autre, a moins que ce ne soit a la réalité de l’existence de l’Autre tel qu’il s’est incarné, tel qu’il est devenu dans cette vie.
    Pourtant, aussi sentiment d’éternité comme celui d’accomplir ce qu’on a sans le savoir tant attendu.
    On se remet de la déception qu’on peut ressentir face a l’autre. On accepte un jour qu’il suit son chemin a son rythme, et s’il reste encore un petit pincement a la sensation de tout ce qui pourrait etre, on poursuit sa route sereinement.
    Il y a toujours la Lumiere tout autour, il y a toujours ce lien indestructible qui nous ramene au un. Et la lecon de patience tirée est une lecon d’humanité, de temps et d’existence.
    Merci pour ce rappel, il vient a point

    Nil

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus