On peut nuire sans sorcellerie, simplement par la bêtise de nos pensées

On ne le repetera jamais assez, vouloir du mal à son prochain suffit trop souvent à ce qu’il lui en arrive.

Les pensées négatives même si elles ne s’appuient pas sur la sorcellerie et ses dérives, provoquent autour de celui qui en est la victime, une sorte de signal énergétique, un « c’est par ici qu’il faut taper » que l’Energie non incarnée et négative ne rate généralement pas.

Bien sur on a le droit légitime d’être en colère parce que l’Autre nous dérange, nous perturbe.
Mais si d’abord on se demandait pourquoi ça nous met en colère? Pourquoi on ne parvient pas à le prendre de « haut »? On éviterait surement les aigreurs d’estomac que provoque la colère et on éviterait aussi d’ouvrir la porte à une énergie que personne ne souhaite trouver sur son chemin : l’énergie sombre qui se nourrit du malheur d’autrui et de la colère de celui qui la souhaite.

Lorsque je me mets en colère contre quelqu’un ou quelque chose, ma première question est « pourquoi? quel écho en moi? quel douleur a t’il ou elle reveillé? ».
Si j’en trouve un, je vais creuser pour évacuer la souffrance enfouie, l’autre n’est qu’un miroir en pareil cas.
Si je n’en trouve pas, parce que l’on peut aussi se mettre en colère pour des valeurs qui sont notres et que l’on ne comprend pas de ne pas voir respecter, ou pour d’autres raisons qui ne renvoient pas à une blessure intérieure, j’envoie cette colère dans la Lumière, comme un jet, j’ouvre la soupape et je demande à la Lumière (Dieu, l’Amour, Bouddha, … au choix de l’appelation) de prendre cette énérgie là et d’en faire quelque chose de positif).

Ceci a pour vertu de me calmer en plus de m’éviter d’envoyer une énergie négative sur quelqu’un par exemple.
Et ainsi, je ne met en danger personne. 

En danger ? Carrément? Oui aussi! Nos pensées négatives sur les autres, même si elles ne nous semblent pas si dangereuses que ça peuvent l’être énormément.
Vous ouvrez la porte, vous jetez dans la machine une belle poignée de colère et vous obtenez en échange une galère pour quelqu’un qui n’a peut etre pas besoin qu’on lui en rajoute.

L’ombre répond présent à celui qui fait une incantation, à celui qui utilise un rituel de sorcellerie, mais aussi à nos pensées sombres sur les autres. Dès qu’il s’agit de nuire, entrouvrez la porte au négatif aussi peu que ce soit, elle passera.

Alors cultivons les sentiments et pensées lumineuses, regardons en nous à chaque accès de colère et n’oublions pas de vite, très vite, envoyer ces vilaines pensées à la Lumière, elle fait très bien la lessive… et nous n’en rendrons alors que ce monde plus aimant!
Amitiés et Lumière!
Mao

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

2 Réponses à “On peut nuire sans sorcellerie, simplement par la bêtise de nos pensées”

  1. Mao Dit :

    Bonjour Krn!
    C’est en comprenant comment les choses agissent que l’on peut maîtriser les pensées et leurs effets.
    Lorsque la colère, je suis humaine, n’est ce pas, me prend, j’envoie cette colère comme un jet vers la Lumière, pour qu’elle n’atteigne pas celui à qui elle serait sinon destiné, celui qui l’a provoqué, s’il s’agit de quelqu’un. J’ai trop peu envie de lui nuire par ma pensée.
    J’ai appris à le faire, je le fais encore en conscience, ce n’est pas ancré, mais je le fais à chaque fois, et en plus d’être primordial à mes yeux, ça m’apporte à chaque fois une belle bouffée d’air qui calme la colère.
    La première impression, oui, celle qui vient d’une autre vie et qui peut etre négative. La seule arme? chercher, pourquoi, comment, l’analyse permet de ne pas se laisser submerger par l’émotif.
    La défensive c’est se refermer ou reculer, pas attaquer, la pensée peut attaquer, c’est elle que nous devons apprendre à dévier, cette pensée qui peut nuire.
    La perfection, nous la cherchons ou pas, mais si nous la cherchons, chaque petit pas qui nous en rapproche est une grande victoire n’est ce pas!
    Plein de Lumière!
    Mao

  2. krn Dit :

    Sommes nous toujours maîtres de nos pensées, Mao ?
    Quelle partie de nous tient la barre ? Quelle est la part de l’influence de nos vies passées dans nos relations avec les autres que nous avons connus ?
    C’est le temps de l’interrogation.
    Comment se défendre de la première impression, celle qui nous submerge lorsque l’on retrouve un ancien ennemi qui nous a blessé ? La compassion et l’amour viennent après, ils sont pleinement réfléchis, mais le premier mouvent n’est-il pas la défensive ? Si nous étions parfaits, serions nous encore là ?

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus