Notre droit et le respect de l’Autre

J’ai aimé ce texte qui nous confronte à nous même, ce que, je pense, nous devrions toujours faire avant d’agir envers autrui sous quelque forme que ce soit. Je pense que c’est une excellente piste de reflexion sur ce que nous sommes, ce que nous souhaitons être et ce que nous oublions d’être aussi parfois.

Heureuse lecture,

Amitié et Lumière!
Mao

 

« …L’inconscience morale consiste dans l’aveuglement par lequel le sujet agit en produisant par sa conduite une situation dangereuse qu’il n’aurait pas crée s’il avait été conscient et responsable. Jeter par la fenêtre d’une voiture un mégot allumé dans un fossé d’herbes sèches en plein été, c’est de l’inconscience. Celui qui agit ainsi, sans prendre garde à la  portée de ses actes, est un écervelé, voire un imbécile irresponsable. Une forêt qui brûle, c’est un tort fait à tous.

Toute conduite par laquelle un sujet fait comme si il ignorait tout de la portée et de la gravité de ses actes est une forme grave d’inconscience, que nous ne pouvons pas ne pas juger moralement.

 Ce qui est ahurissant, c’est que l’homme puisse se comporter dans une sorte d’état de cécité morale, puisse faire n’importe quoi, comme s’il n’y avait pas en lui une conscience morale

Parce que ce genre de liberté nous inquiète au plus au point, le mot même de conscience dans le langage de l’attitude naturelle est toujours apparenté avec le vocabulaire de la responsabilité et le sens du danger.

La vigilance, c’est aussi celle du vigile qui sur-veille. Elle est toujours menacée d’assoupissement, ce qui veut dire souvent le laisser-aller irresponsable.

Il y a une relation entre conscience morale et conscience psychologique : nous n’avons pas le droit de confondre ce que nous nous autorisons en rêve, avec ce que nous pouvons faire dans la veille.

 Un individu qui fait comme si l’état de veille était soumis aux mêmes lois que l’état de rêve est un inconscient. Dans la veille domine un principe de réalité du Monde en tant que tout, ce n’est pas la fantaisie et le principe du plaisir de l’état de rêve.

Si on devait prendre au sérieux les injonctions de la psychanalyse freudienne, on en viendrait alors à penser : libérez le monstre qui est en vous et vous reviendrez vous-même ! Soyez vrai et laisser tomber cette façade consciente ! Nous avons appris à ne plus réprimer nos pulsions et nous faisons cela très bien. Que deviendrait alors un monde qui suivrait ce genre de morale? … »

Extraits de « Philosophie et Spiritualité, Leçon n0 81

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus