l’Autisme et ses causes, psychologiques ou génétiques .. et pourquoi pas les deux?

Les tenants des origines de l’autisme s’affrontent toujours autant.

On dirait que du tout « psychologique » on est passé au tout « génétique » comme origine et cause de l’autisme.

On étudie énormement les enfants autistes, mais lorsque l’on cherche comment vit l’adulte autiste, c’est presque le désert. j’ai cherché quand j’ai compris que j’étais du type « Autiste Asperger » . A 53 ans, il était temps de mettre un nom sur ma « différence;

Lorsque l’on comprend ce qui nous a tant différencié, ca fait un bien fou, tous ceux qui sont passés par là le diront sans peine, je crois.

Non pas que l’on ait besoin de se mettre dans une case, mais ne plus rester face aux autres à se demander pourquoi ils ne nous comprennent jamais et pourquoi ils nous semblent si différents, ça soulage pas mal le mental.

J’ai cherché, creusé, lu, parcouru la toile. J’ai fini par trouver des témoignages d’adultes, je me suis rendue compte que même tous Asperger, nous étions différents dans nos réactions au monde. Le fond est le même mais notre vécu a changé les choses.

 

C’est presque par des « détails » que l’on retrouve la trame qui nous lie, enfin à mes yeux, c’est ainsi.

Une de mes filles a des « tendances » autistes mais elle n’a pas développé le trouble. Alors pourquoi?

La génétigue répond au pourquoi elle aussi. Les études sont claires, il y a bien des zones du cerveau touchées, et les gènes en cause semblent avoir été reperés (mille pardon si ce n’est pas encore le cas, j’aurai mal avalé une info).

Mais je pense que la cause ^psychologique ne peut pas être balayée. Lorsque j’entends les tenants des troubles psychiques in utéro ou à la naissance et dans les mois qui suivent, je retrouve mon vécu, et pas celui de celle de mes filles qui est concernée.

En même temps, mon fils, isolé pendant tout le premier mois de sa naissance, en couveuse pour prématurité et retard du développement in utéro n’a pas développé d’autisme. Il aurait pu si on s’en tient aux tenants du tout psy.

Je comprends, étant mère, qu’il est très difficile pour un parent de se voir rendu responsable de l’autisme de son enfant. Mère monstrueuse, vampire ou mortifère, ce sont des étiquettes terribles et inacceptables.

Mais l’enfant à tendance autiste ne développe t’il pas un « comportement » des la naissance et même avant, dans cet espace clos du ventre de la mère, avec lequel nous communiquons si bien pendant le temps de la grossesse, n’envoie t’il pas des signaux que nous interpretons et qui peut etre nous le font sur proteger, tout à fait inconsciemment, répondant ainsi à notre fonction et notre ame de mère, donner vie à son enfant et le faire grandir et vivre.

Les mères qui nient et refusent totalement l’enfant sont plus rares, les mères en deuil, les mères grandement dépressives pendant la grossesse sont cités par les tenants du psy.  Je reconnais ce schéma dans mon vécu, totalement.  Je ne dis pas que porter le deuil pendant la grossesse rend négatrice à tout coup, tout dépend du deuil et du degré d’enfermement de la mère dedans.

Alors je continue de creuser, le génétique, parce que celà me passionne et le psy, parce que celà me parle et que donc j’ai envie de comprendre aussi.

Je pose ici aussi pour les adultes qui, comme moi, cherchent des réponses à ce qu’ils vivent.

Je n’aime pas les associations, les réunions, en bon « autiste ». Je comprends que certains Asperger aiment à se retrouver entre eux, ca repose de ne pas avoir à jouer un role social, de savoir que ses mots seront pris dans leur sens premier, sans chercher à les décoder car l’autiste ne connait pas les double sens, les sens cachés et tous ces jeux du langage que l’humain emploie pour communiquer.

Mais ca on en parlera une autre fois, dire pour aider à comprendre, dire pour ceux qui sont comme moi et ceux qui vivent avec, pour tous ceux que ca aidera.

Parler du décodage des signaux envoyés par l’autre, le regard qui ne nous parle pas à la base, les mimiques que nous sommes censés décoder si mal et tant d’autres choses qui nous séparent du monde « typique », « standard ».

A bientôt si vous en avez envie et surtout à vos commentaires pour faire avancer tout ça.

Amitié et Lumière!

Mao

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

5 Réponses à “l’Autisme et ses causes, psychologiques ou génétiques .. et pourquoi pas les deux?”

  1. sandra Dit :

    Je te remercie en particulier pour cette phrase, qui m’est si importante, de plus en plus importante: Non pas que l’on ait besoin de se mettre dans une case, mais ne plus rester face aux autres à se demander pourquoi ils ne nous comprennent jamais et pourquoi ils nous semblent si différents, ça soulage pas mal le mental.
    Depuis toujours, tout du moins aussi loin que je me souvienne, obligation (réelle ou non, peu importe finalement) de me justifier, d’essayer de trouver un moyen pour être comme les autres, devenir comme attendu par les autres. … Toujours cet écart qui met à l’écart, qui fait montrer du doigt, qui provoque des paroles – et même si les écrits restent et pas les paroles, elles font tout autant mal , voir même plus – , tous ces doutes, et ces moments de détressse, de silence douloureux, voir insoutenable où l’on se met en question, où l’on se demande le pourquoi, le comment des choses, la faute que nous portons, que nous avons faite, l’incompréhension, les sentiments aussi qui s’en vont et reviennent, oscillent entre la rage de se libérer, la peur inculquée du « différent(e) des autres » donc pas sa place, l’envie de disparaitre, non pas mourir, mais juste disparaitre pour observer, réfléchir, voir autrement …. Mon Dieu, ma vie aussi. …. Et pour mes enfants, leur croix , ils la portent déjà, à cause de moi, oui, et j’essaie de les aider, , mais comment faire, quand déjà soi-même on ne sait les réponses? ..
    Bref, sujet qui me touche énormément, la RECONNAISSANCE! Merci et Lumière chez toi

  2. Mao Dit :

    je poste votre commentaire, mais s’il vous plait, faites effort et adaptez au langage de mr tout le monde. Parce que beaucoup qui liront le blog ne pourront vous suivre.
    Ce blog souhaite s’adresser à tout un chacun, et comme je l’ai laissé entendre dans un article, le langage est le moyen de l’échange, ouvrons le au plus grand nombre.
    Amitié et Lumière! Mao

  3. bengana kerim Dit :

    La psychanalyse du langage décrit chez tout être humain un ça parle dans sa personnalité .
    Et cette situation étrange a la particularité d’être en plus insistante .
    De là on a pu discerner deux choses,1) qu’il existait une solitude externe qui est le lot de pratiquement tout le genre humain , et 2) une solitude plus intériorisée qui est le lot d’une minorité .Ce qui n’exclut en rien les interférences entre ces deux états . De là le fait que nous rêvons seuls , que nous réfléchissons seuls , que nous naissons seuls …
    Si on considère que tout être humain ne sait pas s’accrocher à ce qu’il dit et à ce qu’il a décidé , corroborrant en cela ce que disait Baudelaire que l’être humain a le droit de se contredire , il n’existe qu’un pas à concevoir que chacun , nous devenons une nécessité complémentaire dans le développement d’un langage en constant développement , malgré nos handicaps respectifs .

    Dernière publication sur se comprendre pour comprendre les autres : L' objet en psychanalyse en tant que réalisation, motivation et passion de l'être humain .

  4. Mao Dit :

    Lacan ca date. Il ne faut pas oublier les découvertes plus récentes. Elles ont étendu l’autisme à un « champ autistique » et par exemple permis de « diagnostiquer » les Asperger dont je fais partie.
    La personnalité autiste vécue de l’intérieur donne le ressenti que les études essaient de comprendre et de mettre des mots sur ce que nous même avons bien du mal à verbaliser. Parce que notre appréhension des « mots », la traduction des ressentis, des sentiments, est différente de celle employée par la majorité. Le problème de l’échange avec l’extérieur est là. On ne peut parce qu’il s’en défend pénetrer la bulle de l’autiste, on peu lui permettre de l’élargir, ce qui est déjà énorme et l’autorise à communiquer avec moins de souffrance. Les mots, l’oral resteront une barrière.
    J’écris énormement, je peux parler beaucoup pour expliquer mais parler demeurera à jamais un effort personnel, et parfois une souffrance véritable.

  5. bengana kerim Dit :

    Lacan avait traité en détails l’autisme . Si les études tendent à décrire la personne autiste via le constat et le critère de la solitude ,il est nécessaire de rappeler que tout être humain se caractérise par cet état . Et que chez l’autiste cet état de solitude est plus développé que chez les autres .Ce qui ne veut pas dire qu’il est en dehors du langage .

    Dernière publication sur se comprendre pour comprendre les autres : L' objet en psychanalyse en tant que réalisation, motivation et passion de l'être humain .

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus