Du don de l’autre et du don de soi

28 novembre 2012

General, Mon travail

Les blogs commencent à fleurir de mots sur la période de Noël. Beaucoup sur la reflexion, le sens du cadeau, la valeur de ce cadeau, l’importance qu’on lui donne lorsqu’on le reçoit,…

Je me dis qu’avant de réflechir aux cadeaux, il faudrait peut être réflechir à ce qui est essentiel pour soi.

La plupart de ceux qui liront feront, recevront des cadeaux de Noël. Combien sont prêts à sacrifier à cette « institution »?

Qui ne pense pas encore à ce qu’il va acheter, où le trouver, la valeur financière qu’il va y mettre?

Vendredi j’ai croisé les petits sacs en plastique des bénévoles de la banque alimentaire. Les avez vous vu?

Qu’avez vous donné? Combien se sont dit « je peux pas donner ou très peu parce que j’ai peu d’argent? » Combien parmi ceux là vont acheter des cadeaux de Noël ? La réponse est aisée : la plupart de ceux qui auraient pu donner plus.

Comme tous ceux qui ont très peu, j’ai partagé ce qui reste en fin de mois et j’ai acheté aussi pour ceux qui n’ont pas et qui n’auront pas eux de possibilité de faire de cadeau à ceux qu’ils aiment et dont font partie trop souvent leurs enfants.

Dans mon travail de dégagement de personnes qui ont affaire à la sorcellerie, j’entends très souvent ces mots  » je suis dans une situation difficile, je n’ai pas d’argent, pouvez vous m’aider quand même? »

Et je fais, souvent, pour bien moins que la valeur temps, fatigue, investissement que cela me demande.

Dans mon travail d’aide à la personne ou de medium capable d’aider à voir comment aller vers l’avenir, j’entends souvent aussi « heureusement que tu es là », ou « merci tu es si gentille »… Mais je lis très peu, « de quoi as tu besoin? », je vois très peu cette réflexion naitre « c’est son travail, peut etre je peux le compenser ». Comme l’humain est oublieux quand il s’agit de se démunir de son bien, semble t’il le plus précieux, l’argent, n’est ce pas?

Mais à l’approche des « fêtes » et de ce que je lis de ceux qui m’appellent, de ce que je peux comprendre aussi, je m’interroge sur l’intelligence de mes actes. Quel service je rends à tous ces « assistés » de l’autre qui passent leur confort personnel avant le juste échange que l’on fait avec celui qui vous donne un nécessaire coup de main?

Certains, je le sais, très peu en fait, n’ont vraiment plus grand chose, ils vivent pratiquement avec aussi peu que moi et ma petite tribu. Ceux là, je n’entends pas parler de vacances, de ballades, de séance de yoga, d’achats, de coiffeur,… et ils ne font pas payer les coups de main qu’ils donnent à ceux qui ont besoin et n’ont rien.

Mais il y a tous les autres, qui s’offrent ceci ou cela, parce que ça fait du bien, qui dinent au restaurant parce que « de temps en temps, ça fait du bien », qui ont déjà fait des listes de ce qu’ils acheteront pour faire plaisir aux leurs, etc…

Alors, parce que le temps de Noël est symbole de la naissance de quelqu’un qui est venu nous faire reflechir et nous apprendre à partager, je vais aider tous ceux qui oublient à ne pas l’oublier.

Après bien des « je fais » que je décide, mais sans suite parce que je me « fais avoir » je vais faire.  Je n’aiderai plus sans contrepartie.

Et ceux qui viendront me demander aide, en me louant pour ma gentillesse, mon altruisme ou tout ce qu’on veut devront apprendre que les mots ne nourrissent pas. Et qu’une séance de salon de beauté en moins, un cadeau plus petit, un restaurant ou deux de moins ne font pas de mal. Que lorsque l’on veut obtenir quelque chose, on s’en donne la peine et que lorsqu’on compte sur quelqu’un, on en profite pas.

Je me mets en trève , greve sur le tas, du don sans retour. Ca ne me coutera rien, puisque pour la plupart du temps, ça ne me rapporte rien.

Je vais me reposer, ne plus voir ma boite mail déborder de demandes diverses et variées dont les réponses semblent si naturelles. Je vais remplir un de mes devoirs : apprendre à l’Autre que l’Autre existe et que si on cesse de se regarder le nombril, on cesse de pleurer sur soi même, et on avance encore plus surement.

Alors, à ceux qui voudront me demander quelque chose, n’oubliez pas que la regle de l’Energie, c’est l’équilibre, et que dans un échange, les deux doivent donner. Et si vous oubliez, ne comptez plus sur moi pour déregler la balance.

Plein de Lumière pour une belle période de reflexion sur le don de l’autre et le don de soi!
Mao

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus