Adieu mon fou, mon tendre, mon compagnon

1 avril 2013

General

Tu étais le fou, le tendre, le fidèle au dela des fidèles. Il me faut faire deuil de ta présence, de ta vie à mes cotés.

Dans la vie des humains, il y a ces moments où l’acceptation est une bataille contre soi même, un déchirement si profond que l’on voudrait ne jamais ouvrir cette porte là.

Mais je ne peux pas te laisser dans le silence, je ne peux pas ne pas poser pour toi ces mots  d’amour énorme que j’avais pour ta bouille impossible et ton regard si drole.

Tu representes un pan de ma vie, et il n’y aura plus ta tête posée sur le bord de mon lit lorsque nous voyagions ensemble, je ne te verrai plus t’allonger, fou de bonheur, à coté de moi ces matins là.

Je ne te verrai plus courir vers moi les oreilles au vent quand je t’appelais, déboulant du bout du chemin, comme si tu voulais dépasser la lumière.

Toi le peureux qui revait d’être chef du troupeau. Toi le fou qui faisait si peur à ceux qui ne te connaissaient pas mais qui savait si bien montrer le fond de ton coeur et ton coté d’eternel jeune 4 pattes.

Je t’ai accompagné dans ton dernier sommeil, et même si je sais très bien que ça n’a pas de sens d’être triste, car toi, tu renaitras heureux, même si ce n’est qu’une porte que tu as ouverte vers l’ailleurs, il y a en moins l’autre bout de notre tandem affectueux, la moitié qui reste et qui a si mal encore malgré le temps qui passe.

La maison est vide sans toi, il y manque toute ta vie. Tes compagnons que tu dominais encore et encore, même eux, ont eu du mal à s’installer dans cet espace que tu laisses si vide.

Sans doute parce que nos compagnons à 4 pattes représentent la fidélité absolue des sentiments, leur perte est elle si dure.

Plus rien ne sera comme avant toi. Il faut laisser le trou béant se combler. J’ai gardé avec moi en embrassant une dernière fois ta truffe déjà endormie, juste avant que tu ne partes là où je ne peux te rejoindre, l’empreinte de ton ame, ta présence.

Fais le plus beau des voyages, revient dans le plus beau des mondes pour toi, libre et fort, sans avoir jamais plus peur de rien surtout. Que tu y sois heureux toujours, pour une très longue, très belle et très douce vie.

Adieu mon fou, mon tout doux, mon Balou, je t’Aime.

Mao

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

3 Réponses à “Adieu mon fou, mon tendre, mon compagnon”

  1. piton Dit :

    au revoir Balou. C’est trop triste pour nous, pour toi sutout. Mais il sera heureux de courir contre le vent et de te laper de sa langue quand tu seras en train de te détendre au dehors. Tout mon amour à vous tous

  2. Lolokaa Dit :

    Quel bel et tendre hommage mao balou a rejoint mon tendre et fidele marquis et mon tres vieux mimi premier ami compagnons de nos enfances adolescence de nos vies …. De leur vivant ils sont nos confidants sans jugements jamais aimants … Ils nous manquent et nous manquerons ….. Soyeux heureux nos fideles toutous veillez sur nous ….. On vous aime

  3. humbert.armande@orange.fr Dit :

    <3

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus