Quand l’Autisme emmure dans la prison sans émotions

3 novembre 2014

Vivre Asperger

Aujourd’hui, c’est déconnexion totale des émotions.

Pas de raison, au contraire, c’est une période douce que je traverse donc je devrais ressentir tout ce qui m’entoure et y trouver de la joie.

Et pourtant non. Je traverse encore une de ces foutues crises qui naissent plus ou moins soudain
Aujourd’hui, je ne parle pas, je ne bouge pas. L’idée de sortir est une hérésie. J’en serais incapable. Le malaise naitrait à peine passée la porte.

Je suis muette, mon estomac a faim mais je n’ai pas d’appétit,je grignote sans envie.
Ce qui parfois affleure, c’est quelque chose qui ressemble à « être malheureuse » parce que je ne suis pas triste, pas gaie, je ne suis « rien », je ne sens « rien ».
L’état que je traverse est un no man’s land, un gris uniforme, le vide.
Cet état d’être engendre la souffrance, parce que ce n’est pas agréable de se sentir fermé au monde sans pouvoir rien faire.

Je n’éprouve pas d’émotions, pas de joie, pas de peine, pas de colère non plus. Encephalogramme terriblement plat de ce coté là.
Je suis dans un tel silence intérieur que je n’entends pas le bruit autour.
Au moins les sons ne me dérangeront pas.

Si on me demande de quoi j’ai envie, je répondrai « rien ». Si on me propose quelque chose ou une activité, je resterai devant comme devant un espace vide qui ne veut rien dire.

Est ce le temps? Mon fils, le dernier autiste de la tribu, est fatigué aujourd’hui. Je sens en lui ce rien qui le referme. L’atmosphère extérieure est lourde, les nuages sont bas, ca doit jouer. Le monde extérieur lui pèse plus que d’habitude.

Quand je suis comme ca, je peux Ëtre très efficace dans les taches routinières, dans ce que je dois faire. Comme un robot, rien ne me touche, donc rien ne vient perturber l’ordre des taches à accomplir.
C’est ce qui demande imagination, interaction, implication qui est aux abonnés absents hélas.

Demain est un autre jour et j’ignore ce qu’il sera. Je peux juste espérer qu’il soit un retour au monde. Mais l’écrire angoisse. Le monde angoisse. L’autisme est bien là, present.

Si ca vous parle, si vous cotoyez quelqu’un qui par moment semble comme ca, commentez, apportez votre pierre à l’édifice qui aide à comprendre, à ouvrir la porte à ce qui peut être, parfois, une si terrible prison intérieure.
Plein de Lumière
Mao

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

4 Réponses à “Quand l’Autisme emmure dans la prison sans émotions”

  1. Mao Dit :

    Merci Lila de votre commentaire. Acceptez oui, c’est le chemin, mais il faut parfois du temps, celui de comprendre cette différence et tout simplement que nous sommes différents et non pas « fous ». Longtemps, enfant, j’ai essayé de cacher ce que je croyais un désordre mental, il nous faut écrire, dire, expliquer, permettre à d’autres de se retrouver dans ces descriptions pour leur éviter ces souffrances inutiles.
    Plein de Lumière

  2. nuitbleutée Dit :

    Lila
    (moderation preview) 0 mins plus tôt
    Je connais cet état mais a un degré moins fort que dans l’enfance et adolescence et peut-être moins fort aussi qu’une personne autiste (je suis surdoué de type hpe).Il faut juste accepter ce qui est comme il arrive…comme après le pluie le beau temps..la différence à mon avis et que nous,les gens atypique, nous sommes conscient de nos souffrances et de nos joies car nous sommes très lucide, trop clairvoyant!!!

  3. Mao Dit :

    Merci à toi pour ce petit mot. Je pense oui que les phénomènes naturels appuient. Il y a tempete ce soir par ici. J’aime la tempete mais ca a joué sans doute pour déclencher la crise.
    Plein de Lumière et d’Amour

  4. moku gen Dit :

    aujourd’hui mao minimum
    demain mao medium
    après demain mao maximum.
    ce sont les biorythmes des fois des tempêtes solaires ou la sensibilité aux phénomènes naturels de notre terre mère …
    peace and love

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus