Le terrible quotidien de l’autiste Asperger (ou pas) à l’école « ordinaire »

10 juin 2016

Vivre Asperger

Son quotidien c’est  se faire cracher au visage,  être bousculé, se faire frapper et se retrouver replié sur lui-même à terre sans savoir quoi faire » subir les moqueries « gogol », et les regards, les « on ne veut pas de toi », regarder les autres jouer, ne pas savoir comment s’integrer au groupe et rester seul dans un coin.

Dans la cour de récréation comme dans la classe bruyante c’est subir le bruit, trop de bruit parce que l’on souffre d’une hypersensibilité sensorielle, odeurs, lumière, bruits. C’est rentrer à la maison et aller pleurer dans sa chambre pour défouler tout ce stress.

C’est avoir des sujets d’interêts restreints et particuliers et en parler à tout le monde sans savoir s’arrêter et sans comprendre, parce qu’on ne peut pas comprendre, que l’autre n’en a rien à faire, c’est ne pas comprendre les blagues, l’humour et ne pas rire en même temps que les autres, sans parvenir à saisir ce qui les amuse tant.

C’est ne pas être capable de serrer la main ou le faire de manière totalement innapropriée, c’est ne pas pouvoir regarder l’autre dans les yeux parce que fixer pose un problème douloureux, c’est dire « bon appétit, bon milieu de repas, bon dessert » en une seule fois, parce qu’on pense que c’est ce qu’il faut faire mais qu’en fait non et que c’est bien compliqué à comprendre tout ça.

C’est participer aux sports collectifs avec les regles dites et les regles implicites, cet implicite qui ne parle pas du tout à un autiste, son cerveau n’est pas équipé pour. Donc c’est être inadapté et se retrouver seul dans son coin, encore une fois en souffrance.

C’est perdre son attention en classe pour un rien et se faire gronder parce que «  l’on écoute pas, qu’on y met de la mauvaise volonté ». C’est stresser en permanence à l’idée d’avoir une mauvaise note, parce que c’est « pas normal », c’est ne pas comprendre pourquoi la regle ne s’est pas appliqué pour tous, ou pourquoi cette fois là la regle ne s’applique pas.

L’école formate, rentre dans le moule, demande de s’adapter. Comment demander à des martiens de s’adapter aux terriens sans leur permettre de comprendre comment ces terriens fonctionnent et sans apprendre aux terriens quelques regles de vie martienne ?

Et ce que vivent les autistes à l’école, combien d’enfants dits « neurotypiques » le vivent aussi ?

L’école n’apprend pas à devenir adulte, elle apprend à beler avec le troupeau, à rentrer la tête dans les épaules et à obéir, stupidement, aveuglement.

L’école ne forme pas des citoyens libres et murs, elle forme des élements qui serviront au système, de bonnes petites abeilles ouvrières. Et on s’étonne du taux d’échec ? Du taux d’élèves à problème ?

Tant que l’on ne donnera pas une vraie priorité à la qualité de l’enseignement, tant qu’on ne comprendra pas qu’il faut y mettre les moyens pour faire naitre la société de demain on continuera à se taper la tête contre les murs et celles des enfants, surtout les différents, avec.

Et pourtant il y a des pays où on l’a compris, et étonnamment dans ces pays la, l’économie va mieux, la société va mieux. Etonnamment ? Vraiment ?

Plein de Lumière !

Mao (Autiste Asperger, maman de 2 Aspergers et 1 EIP)

 

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus