VIVRE ET SOURIRE POUR VAINCRE LA PEUR

Depuis l’éternité les hommes massacrent leurs semblables pour prendre le pouvoir et imposer leurs lois.

 Nous pensions être à l’abri parce que nos sociétés se sont, parait-il, « civilisées » et nous nous rendons compte avec horreur qu’il n’en est rien. Que faire ? Vivre avec la peur au ventre ? Nous terrer dans nos maisons ? Regarder notre voisin avec méfiance parce qu’il semble étranger ? Le terroriste ne lui demande pas son origine ethnique ou sa religion lui.

 Un sociologue écrivait il y a peu que pour que cela cesse, il fallait affronter et ne pas montrer la peur. Et c’est vrai, dans toute tentative d’intimidation quelle qu’elle soit, celui qui ne montre pas de peur a beaucoup plus de chances de désarçonner son agresseur.

 La veille de mon départ en vacances, l’horreur d’un nouveau massacre nous figeait tous. Le lendemain, je survolais notre jolie planète, je regardais cet écrin merveilleux, ce paradis sur terre que la nature nous offre.

 Et je me disais que si on pouvait se servir de ces images pour guérir ceux qui vont vers la violence aveugle parce qu’ils n’ont plus de capacité à voir l’autre et autour d’eux, on diminuerait sans doute le nombre de candidats au suicide meurtrier.

 Que faire alors qu’on ne sait pas si demain, là où on sera, il n’y aura pas un fou bardé d’explosif ou un au volant d’un engin dévastateur de vies ?

VIVRE ! Vivre chaque instant, sans penser au suivant. Parce que de toute façon, dans notre société civilisée, le progrès fait que la mort nous guette à chaque instant si on veut y penser.

 Sur la route ce matin, des fleurs sur un pont, pour une jeune fille fauchée par une voiture alors qu’elle marchait tranquillement sur le trottoir. Pas d’attentat, pas de volonté de tuer, mais la mort au milieu d’une belle journée d’été.

Prenez la route, en face il peut y avoir le chauffeur de camion ou de bus, fatigué parce qu’on a augmenté ses heures de travail et réduit ses temps de pause par une loi qui pense plus au profit qu’aux vies, et qui viendra vous percuter de plein fouet.

 Prenez le train et parce qu’il faut aller vite, parce que les trains sont en retard, parce qu’on ne met pas l’argent à l’entretien des voies, le train va dérailler et vous peut-être vous serez dans le mauvais wagon.

 Prenez l’avion et la panne imprévisible, le malheureux vol d’oiseaux migrateurs aspirés par les turbines fera plonger l’avion telle une pierre et même peut être sur une ville un jour de semaine.

 Achetez à manger et une interruption non remarquée dans la chaine du froid aura empoisonné votre plat, ou une allergie jamais déclarée mais foudroyante vous emportera.

 On peut continuer à l’infini. Alors le seul moyen de ne pas vivre dans la peur, et de faire reculer la barbarie, c’est de lui faire front, en continuant à vivre « normalement », en sortant, en voyageant, en fêtant la vie, en honorant la nature.

 Autant à la mémoire de tous ceux de part le monde, dont la vie a été fauchée, brisée,  par les coups des barbares, que pour qu’une belle énergie se répande de par le monde, parce que le rire, la vie, sont essentiels aux humains, c’est la nourriture de l’âme et l’âme donne le gout de vivre.

 Je crois à la Lumière, à l’Energie positive, à sa capacité à remettre à l’équilibre la balance. Je crois que l’harmonie est plus forte que le chaos, et cela se vérifie en Energie, je peux vous l’assurer.

 Alors contre le chaos, cultivons l’harmonie, tendons la main au voisin au lieu de le regarder pour délit de faciès. N’oublions pas que la religion, quelle que soit son apparence, quand elle est vraie et profonde, n’est qu’une manière de porter la Foi, que le monde est vaste et que les frontières sont des stupidités d’hommes avides de pouvoir et d’argent.

 Apprenons à nos enfants que la vie c’est l’instant que l’on construit avec son sourire et sa pensée. Ne leur apprenons pas la mort, mais l’espoir. Pour qu’ils puissent construire ce monde meilleur que nos aînés hélas ont tant contribué à pourrir.

 Je suis née dans la génération « entre les deux », entre l’inconscience de la guerre froide qui a bercé mon enfance, et le rêve qu’ont fait naître l’abolition des gardes aux frontières. Mes enfants sont nés dans ce monde en convulsion mais lorsqu’ils me parlent de leurs vacances, ils me parlent de nature, de paix, de bonheurs simples et vrais.

 Laissez la peine, la peur dans le placard, ne l’ouvrez pas, relevez la tête, souriez à ceux que vous aimez, donnez-leur la main et faites comme les enfants, une ronde pour la vie qui fera le tour du monde. Quand les barbares n’auront plus la peur comme arme absolue, ils s’éteindront. 

Plein de Lumière !
Mao

 

 

 

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

2 Réponses à “VIVRE ET SOURIRE POUR VAINCRE LA PEUR”

  1. Mao Dit :

    Merci pour ce petit mot. Belle route de Lumière à Toi!

  2. Murmure Dit :

    Très beau site et très belles paroles.
    Beaucoup de choses que tu dis résonnent en moi.
    Je te trouve ton combat (et notamment ton association ou l’aide au plus démunis) très beau et ne te laisse pas décourager par ceux qui ne le partagent pas. Même si cela peut être difficile parfois.
    Bon courage pour la suite

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus