Aider l’autre, être un (psycho) thérapeuthe, c’est beau, oui, mais..

Il y a quelques jours, le soir bien tard, juste avant d’éteindre le pc, un dernier mail arrive. Et là je lis « l’autre jour, j’ai essayé de m éteindre de mettre fin à mes jours c’est mon secret . j en ai parlé à personne et j ai écouté vos vidéos vous avez vraiment les mots et une voix tendre et rassurante je me suis endormi en vous écoutant et j ai eu une petite lueur d espoir ».

Je livre ce morceau de mail tel qu’il m’est arrivé. Il m’a ébranlé. J’en ai dit à voix haute « Seigneur, quelle mission ». Il y avait le sentiment profond de bonheur d’avoir aidé quelqu’un, quelque part, à remonter un peu la pente. Mais il y avait aussi l’importance de mes mots, de ce que j’ai choisi de faire, de la fragilité des êtres et de ce qu’implique aider lorsque l’on sait, par de tels mots, ce que notre aide peut apporter.

C’est un chemin particulier que celui d’ »aidant ». Il faut apprendre à se préserver de l’épuisement car le temps et l’énergie que l’on y consacre peuvent vite déborder votre vie. Il demande une attention extrème car les mots sont des médicaments miracles mais aussi des poignards mortels quand ils ne sont pas que des emplatres sur des jambes de bois, des mots inutiles qui ne changent rien.

Je ne peux envisager de répondre à la demande de l’autre en le faisant à moitié de toute façon. Je ne saurais pas le faire. J’entends, je vois, beaucoup de personnes qui se lancent dans l’aide à l’autre, dans le soutien psychologique. Elles le font avec beaucoup de bonne volonté et beaucoup d’enthousiasme, mais que de petites phrases, de conseils à l’emporte pièce, de jugement dans ce que j’entends.

On ne peut pas assener à l’autre « tu devrais faire ceci, rends toi compte de celà, tu te ments, etc. » On devrait se l’interdire. Parce que c’est cruel et inutile. De quel droit pense t’on mieux savoir que lui ce qui est bon pour lui? Aider psychologiquement, c’est permettre à l’autre de poser ses mots et sa souffrance sur la table comme un puzzle, celui de sa situation. C’est l’aider à remonter ce puzzle correctement par lui même. Ce n’est en aucun cas se dire qu’on l’a « coaché » en lui mettant des points sur les « i » parce qu’il « doit voir ».

Et pourtant cette pratique est maintenant si répandue. Livres plein de bons conseils, attitudes prêtes à l’emploi, absence de travail sur soi suffisant pour pouvoir aider l’autre sans faire inconciemment réference à son propre cas. Je me dis quand je relis ce que la personne qui m’avait laissé ce mot m’a écrit que si elle avait croisé ces aides « brutales », elle ne serait peut être plus là aujourd’hui.

Il faut faire attention à la fragilité de l’autre. Si ce qu’il ne parvient pas à dépasser nous agace, cela veut dire que nous même n’avons pas dépassé quelque chose qui lui ressemble. Et cela veut dire aussi que nous ne sommes pas prêts à aider. C’est une vieille affirmation chez moi mais je la redis toujours « on ne peut aider l’autre que après s’être suffisament aidé soi même pour ne pas avoir à souffrir en écho de ce qu’il souffre lui même ».

Aider est un magnifique chemin mais il ne faut pas le faire pour soi même, pour se sentir utile ce qui veut dire pour exister. Il faut le faire parce que c’est sa « vocation » comme d’autres choisissent de donner le bonheur par la musique ou la vie en étant médecin. Comment pourrais je cesser d’aider? Je ne le pense pas possible, mais avec le temps et une fois la guérison de mes plaies faites, je me suis rendue compte qu’aider ne peut être fait qu’en ne s’oubliant jamais.

Se donner la première place, se poser quand nécessaire, ne jamais se sacrifier pour l’autre, des règles à ne pas oublier, car comment peut on aider l’autre à trouver sa valeur si on oublie la notre?

Au plaisir toujours renouvelé de partager vos reflexions.

Plein de Lumière!
Mao

À propos de Mao

Energéticienne, passionnée par les autres et l'étude de l'Energie sous toutes ces faces.

Voir tous les articles de Mao

2 Réponses à “Aider l’autre, être un (psycho) thérapeuthe, c’est beau, oui, mais..”

  1. Mao Dit :

    Merci Kholeyte pour ce petit mot. Tout plein de Lumière pour toi!

  2. C.R. Dit :

    Tout à fait, un mail, une chanson, un mot? une phrase dans un livre, une vidéo, une rencontre, tout cela pour moi c’est une main tendue pour aider, merci à toi d’être là Mao. Pensées

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus